Comment savoir si une pierre est authentique ?

Face au très grand nombre de contrefaçons présentes sur le marché de la pierre dite « naturelle », de plus en plus de personnes se demandent alors comment reconnaître une pierre véritable et naturelle, d’une pierre traitée ou synthétique.

Dans cet article je me pencherai sur les indices à observer et les petites astuces accessibles aux débutants. Il s’agit d’une première approche qui devrait idéalement être complétée par des tests minéralogiques pour déterminer la nature d’une pierre. La plupart d’entre eux peuvent être réalisés très facilement à la maison. À ce sujet, je vous invite à consulter l’article dédié.

Documentez-vous, apprenez à repérer les faux.

C’est le premier conseil, et le plus fondamental car c’est la méthode la plus solide pour repérer les arnaques.

Vous pouvez vous procurer des livres de minéralogie, consulter des sites spécialisés comme Mindat ou vous rapprocher de groupes Facebook animés par des connaisseurs comme celui de Ioulia Hofer ou Luc de Mineral Energy. Le dernier livre de Michael Gienger, L’encyclopédie des pierres thérapeutiques, indique également les contrefaçons les plus connues pour plus de 400 pierres.

Il y a plusieurs faux que vous rencontrerez à coup sûr lors des bourses, en boutiques ou sur internet. Certains sont faciles à reconnaître à l’œil, pour peu que l’on s’y exerce. Vous trouverez ci-dessous les exemples les plus courants. De manière générale, soyez prudent(e) avec les pierres de couleurs vives et en cas de doute, mieux vaut vous abstenir et remettre votre achat à plus tard le temps de vous renseigner sur la variété qui vous intéresse.

Certaines pierres sont à la fois très souvent contrefaites et moins évidentes à repérer à l’oeil nu. C’est le cas par exemple de l’ambre qui peut aussi bien être du copal, un mélange reconstitué à partir de résines fondues ou même du plastique. De même, l’écrasante majorité de la turquoise présente sur le marché n’est pas naturelle, voire totalement synthétique. Il est à noter que la plupart des turquoises naturelles sont également stabilisées. Ce traitement qui consiste à injecter une résine incolore au sein de la pierre pour la solidifier est quasiment indispensable selon les échantillons. La couleur de la turquoise est en effet instable et peut ternir avec le temps, tout comme la pierre peut s’effriter. Pour ces pierres, il est plus que recommandé de n’acheter que des pièces dont la localité d’extraction précise est indiquée ou disponible (et de la vérifier). Cela n’est pas infaillible mais vous permettra déjà de faire un gros tri.

Enfin, comme les faussaires innovent chaque année, ne restez pas sur vos acquis et continuez de vous documenter afin de ne pas tomber dans leurs pièges.

La citrine naturelle a une teinte pale (couleur champagne). Elle peut être fumée et donc tirer vers le gris-brun pale. Quoi qu’ils en soit, les grandes variations de couleurs au sein d’une même pierre indiquent toujours qu’il s’agit d’une améthyste chauffée artificiellement.
La citrine naturelle étant extrêmement rare sous forme d’agrégats, les géodes et druses que l’on trouve dans le commerce sont la plupart du temps de l’améthyste chauffée. On les reconnaît facilement à leurs cristaux couleur caramel voire carrément bruns.
L’agate veine de dragon est une agate qui a été chauffée artificiellement puis teintée.

Observez de très près

Souvent, une observation attentive suffit à se rendre compte que la pierre n’est pas naturelle. La présence de bulles d’air peut par exemple indiquer qu’il s’agit de verre (mais attention, pas toujours !). Sur certains échantillons, avec une loupe ou de bons yeux, on peut se rendre compte que la couleur a été renforcée grâce à l’accumulation de teinture dans les micro fissures de la pierre. C’est par exemple parfois le cas avec le quartz rose dont la couleur peut être réhaussée artificiellement.

Une observation attentive permet de détecter les traits grossiers caractéristiques de la malachite synthétique.
Sur ces perles en quartz rose on aperçoit des zones rose vif. Il s’agit de la teinture accumulée dans les microfissures de la pierre.

Recherchez les indices minéralogiques :

Ce conseil est applicable pour éviter les pierres synthétiques qui sont souvent très uniformes. Recherchez donc les irrégularités, les clivages, les inclusions, micro-fissures, … Vous ne trouverez actuellement pas ces irrégularités dans les pièces synthétiques telles que la goldstone ou la fausse malachite.

Malachite naturelle présentant des aspérités et des fissures
Pierre de soleil naturelle (héliolite), présentant des irrégularités et des clivages contrairement à la goldstone synthétique.

Le prix : un indice

Avant toute chose il faut indiquer que si le prix est un indice, il ne pourra jamais se suffire à lui-même pour déterminer l’authenticité d’une pierre. Le cours des minéraux fluctue régulièrement en fonction de la disponibilité sur le marché de ceux-ci et de l’intensité de la demande. La découverte d’un gisement important peut faire varier les prix. Une mode lancée sur les réseaux sociaux comme très récemment avec la moldavite sur TikTok peut augmenter brutalement la demande et faire flamber les prix (surtout que la moldavite est plutôt rare).

Ceci dit, il y a des éléments qui ne trompent pas. Par exemple, un bijou entièrement composé de larimar, de turquoise ou de moldavite ne peut pas coûter 5 euros car ce sont des pierres rares à l’état naturel et donc onéreuses. Un prix au rabais doit donc susciter la méfiance.

Regardez les autres produits du vendeur

Observez les autres produits proposés par le vendeur et appuyez-vous sur vos acquis… Vous y voyez de l’agate teintée, de la malachite synthétique, de la goldstone et cela n’est pas signalé comme tel ? Fuyez même si ce ne sont pas ces pièces qui vous intéressent. Vous avez à faire soit à un vendeur qui ne sait pas ce qu’il vous vend (et donc ne pourra rien vous garantir au sujet de ses produits) soit à un escroc. Si vous ne pouvez pas avoir confiance pour les pièces que vous pouvez identifier par vous-même, qu’en est-il pour les pierres que vous savez moins reconnaître ?

Sur internet, il y a des sites très en vogue qui sont pourtant particulièrement à risque. Il s’agit en général de commerces spécialisés dans l’importation de produits chinois ou en dropshipping. Certains produits phares se retrouvent sur de très nombreux sites et permettent de détecter facilement le sérieux du site en ce qui concerne la fiabilité des pierres proposées. Malheureusement cette observation n’est possible que pour les bijoux et non les pierres nues.

Quelques bijoux fabriqués à très grande échelles sont donc extrêmement courants. Tous ces produits comprennent des pierres traitées ou totalement artificielles. Les 4 pendentifs sont disponibles avec une multitude de « pierres » différentes, parfois naturelle, parfois synthétiques, d’autres fois mal identifiées.

Méfiez-vous des couleurs vives et arc-en-ciel

Si le règne minéral propose un large éventail de couleurs et peut parfois nous surprendre, il y en a certaines qui devraient susciter un minimum d’interrogation. Les couleurs très tape-à-l’œil, celles à la limite du fluorescent, les effets holographiques ou arc-en-ciel sur des pierres que vous ne connaissez pas devraient vous pousser à rechercher plus de renseignements. Attention toutefois à faire la part des choses. Certaines pierres comme la chalcopyrite ou la labradorite peuvent présenter des couleurs impressionnantes et sont pourtant bien naturelles. Avant de crier à la fausse pierre, prenez toujours soin de vous renseigner.

Le vocabulaire employé

Parfois les traitements appliqués à la pierre ou sa nature sont annoncés à demi-mot et enveloppés dans un discours commercial suffisamment bien étudié pour entretenir le flou. Certains vendeurs n’hésitent pas à employer le terme « pierre naturelle » pour des pièces artificiellement teintées au motif que le matériaux de base était une pierre naturelle. Le traitement appliqué exclu pourtant l’utilisation du terme « pierre naturelle » puisque, de fait, elle ne l’est plus. On observe le même jeu de langage avec les pierres reconstituées à partir de véritable poudre minérale (mais pas que). Retenez donc le nom des principaux traitements et ce qu’ils impliquent pour pouvoir lire entre les lignes.

Dernier conseil important

Malgré la difficulté que l’on peut rencontrer à se procurer des pierres naturelles, il faut savoir raison garder. Tout d’abord, ces éléments ne sauraient se substituer à des test plus poussés pour déterminer avec plus de certitudes la nature d’une pierre. Gardons également en tête que certaines imitations sont si bien réalisées qu’elles passent inaperçues et que certains traitements sont pratiquement indétectables à l’œil. Enfin, il est difficile de faire une liste exhaustive des traitements et contrefaçons tant l’éventail est large et les techniques en perpétuelle évolution. Il y a de nombreuses autres « astuces » qui circulent sur internet et les réseaux sociaux comme le test du dissolvant, la température de la pierre, son poids ou même le test de la morsure. J’ai choisi de ne pas les exposer dans cet article car ces méthodes me semblent peu fiables. En effet, certaines pierres teintées ne réagissent pas au dissolvant et celui-ci peut dégrader des pierres bien naturelles. La température d’une pierre peut varier selon l’environnement. Estimer la sensation de poids peut-être pertinent pour un nombre très restreint de pierres (par exemple pour distinguer le jais d’une autre pierre noire). Mais ceci peut aussi induire en erreur. Par exemple ambre et plastique procurent la même sensation de légèreté. Le fait de mordre les pierres, en plus du risque d’abîmer vos dents, n’est pas fiable non plus. Il permet éventuellement de détecter une imitation en plastique de mauvaise qualité, mais la sensation dans la main est souvent suffisante pour s’en apercevoir. Ce test ne permettra ni de détecter les traitements, ni de repérer les imitation en verre ou autres matériaux plus durs que le plastique.

Pour terminer cet article dédié aux fausses pierres et minéraux traités, rappelons tout de même qu’il existe de nombreux vendeurs faisant preuve de beaucoup de conscience professionnelle. Pour éviter les arnaques, privilégiez les boutiques indépendantes dont la pierre est la spécialité plutôt que la grande distribution qui ne fait que profiter d’une mode par intérêt financier. Le bouche-à-oreille constitue la source la plus fiable, à condition qu’il s’agisse de recommandations authentiques et non d’autopromotion déguisée. Quoi qu’il en soit, être autonome en ce qui concerne l’identification des traitements et contrefaçons vous offrira toujours la plus grande liberté.

Je vous souhaite une belle découverte du monde minéral !

Cet article, publié dans Les pierres, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s