La protection par les pierres – de Amandine Forestier

Source image : Amandine Forestier

Dans mon dernier article à propos des livres de lithothérapie, je vous parlais de ma volonté de choisir les ouvrages que j’achète avec plus de conscience. Face à l’offre toujours plus importante dans ce secteur, j’ai choisi d’être plus sélective en ce qui concerne la qualité des livres de lithothérapie que j’achète. Il y en a récemment un qui a attiré toute mon attention, d’une auteure dont je ne connaissais pas le travail jusqu’à récemment : Amandine Forestier.

Elle avait bien écrit quelques cahiers de vacances, mais j’avoue que ce n’était pas un format qui m’intéressait beaucoup (ça n’engage que moi). Récemment, son livre La protection par les pierres est sorti aux éditions Alliance Magique. C’est dans leur magazine que j’ai pu avoir un aperçu de son approche à travers un article qu’elle avait écrit et qui m’a convaincu d’acheter son livre.

Il faut déjà admettre que le sujet est d’importance dans le domaine de l’énergétique. La protection est une préoccupation courante chez les adeptes de la lithothérapie qui se mettent souvent en quête de pierres pour cela. Si la protection énergétique est au coeur de nombreux échanges, elle est pourtant souvent mal comprise ou utilisée de façon maladroite. De nombreuses approximations et clichés circulent à ce sujet. Un travail sérieux et moderne sur cette thématique était donc plus que bienvenu !

Dans son ouvrage, Amandine Forestier s’attache à déconstruire les idées reçues autour de la protection par les pierres et propose une approche dénuée de mysticisme, loin du folklore que l’on rencontre hélas trop souvent quand il s’agit de lithothérapie. Toutes les théories proposées et leur logique sont expliquées ce qui permet à chacun de comprendre ce qu’il apprend et de pouvoir se l’approprier. La cohérence est un critère de qualité très important et à mon sens, cet ouvrage y répond parfaitement.

On y apprend également les différents mécanismes énergétiques qui sous-tendent la protection. Cette partie est un indispensable pour les personnes qui réalisent des bijoux en associant des pierres de protection. Mieux comprendre les mécanismes énergétiques de ces pierres devraient aider à ne plus faire d’erreur d’association.

Une partie du livre est consacrée à la façon d’utiliser les pierres de protection. Et on se rend donc compte du large panel de possibilités qui s’offre à nous en fonction des situations rencontrées. Personnellement j’ai été contente que le sujet des grilles cristallines soit abordé car c’est un thème que je connais mal pour le moment. On peut par ailleurs trouver différents focus sur les variétés particulièrement bien adaptées à la protection. C’est alors l’occasion de se rendre compte qu’il y en a bien plus que les pierres habituellement proposées pour ce type d’usage.

À la fin du livre, vous trouverez également quelques conseils quant à l’usage de vos pierres de protection, quelques précautions à prendre pour vous protéger sainement et efficacement grâce à l’influence des pierres. Les précautions à prendre font souvent défaut dans les travaux qui traitent de lithothérapie. Mais il est bon de se rappeler que si les pierres peuvent avoir une action bénéfique sur nous, leur influence peut également nous être défavorable si on ne les utilise pas correctement ou si on choisi des pierres qui ne correspondent pas à nos besoins.

Pour terminer, le livre m’a parut abordable pour les débutants car l’auteure sait transmettre ses connaissances avec beaucoup de pédagogie. Et ce que je trouve extraordinaire, c’est qu’en temps que lectrice initiée, j’ai quand même moi aussi pu apprendre des choses nouvelles sur la protection par les pierres.

Amandine Forestier, auteure d’une grande discrétion, nous fourni là un ouvrage d’une qualité remarquable. Pour ma part, j’ai bien l’intention de suivre la suite de ses travaux de près.

Avez-vous lu La protection par les pierres ? Partagez votre avis en commentaire, ça m’intéresse ! 😉

Publié dans Livres | 2 commentaires

Comment savoir si une pierre est authentique ?

Face au très grand nombre de contrefaçons présentes sur le marché de la pierre dite « naturelle », de plus en plus de personnes se demandent alors comment reconnaître une pierre véritable et naturelle, d’une pierre traitée ou synthétique.

Dans cet article je me pencherai sur les indices à observer et les petites astuces accessibles aux débutants. Il s’agit d’une première approche qui devrait idéalement être complétée par des tests minéralogiques pour déterminer la nature d’une pierre. La plupart d’entre eux peuvent être réalisés très facilement à la maison. À ce sujet, je vous invite à consulter l’article dédié.

Documentez-vous, apprenez à repérer les faux.

C’est le premier conseil, et le plus fondamental car c’est la méthode la plus solide pour repérer les arnaques.

Vous pouvez vous procurer des livres de minéralogie, consulter des sites spécialisés comme Mindat ou vous rapprocher de groupes Facebook animés par des connaisseurs comme celui de Ioulia Hofer ou Luc de Mineral Energy. Le dernier livre de Michael Gienger, L’encyclopédie des pierres thérapeutiques, indique également les contrefaçons les plus connues pour plus de 400 pierres.

Il y a plusieurs faux que vous rencontrerez à coup sûr lors des bourses, en boutiques ou sur internet. Certains sont faciles à reconnaître à l’œil, pour peu que l’on s’y exerce. Vous trouverez ci-dessous les exemples les plus courants. De manière générale, soyez prudent(e) avec les pierres de couleurs vives et en cas de doute, mieux vaut vous abstenir et remettre votre achat à plus tard le temps de vous renseigner sur la variété qui vous intéresse.

Certaines pierres sont à la fois très souvent contrefaites et moins évidentes à repérer à l’oeil nu. C’est le cas par exemple de l’ambre qui peut aussi bien être du copal, un mélange reconstitué à partir de résines fondues ou même du plastique. De même, l’écrasante majorité de la turquoise présente sur le marché n’est pas naturelle, voire totalement synthétique. Il est à noter que la plupart des turquoises naturelles sont également stabilisées. Ce traitement qui consiste à injecter une résine incolore au sein de la pierre pour la solidifier est quasiment indispensable selon les échantillons. La couleur de la turquoise est en effet instable et peut ternir avec le temps, tout comme la pierre peut s’effriter. Pour ces pierres, il est plus que recommandé de n’acheter que des pièces dont la localité d’extraction précise est indiquée ou disponible (et de la vérifier). Cela n’est pas infaillible mais vous permettra déjà de faire un gros tri.

Enfin, comme les faussaires innovent chaque année, ne restez pas sur vos acquis et continuez de vous documenter afin de ne pas tomber dans leurs pièges.

La citrine naturelle a une teinte pale (couleur champagne). Elle peut être fumée et donc tirer vers le gris-brun pale. Quoi qu’ils en soit, les grandes variations de couleurs au sein d’une même pierre indiquent toujours qu’il s’agit d’une améthyste chauffée artificiellement.
La citrine naturelle étant extrêmement rare sous forme d’agrégats, les géodes et druses que l’on trouve dans le commerce sont la plupart du temps de l’améthyste chauffée. On les reconnaît facilement à leurs cristaux couleur caramel voire carrément bruns.
L’agate veine de dragon est une agate qui a été chauffée artificiellement puis teintée.

Observez de très près

Souvent, une observation attentive suffit à se rendre compte que la pierre n’est pas naturelle. La présence de bulles d’air peut par exemple indiquer qu’il s’agit de verre (mais attention, pas toujours !). Sur certains échantillons, avec une loupe ou de bons yeux, on peut se rendre compte que la couleur a été renforcée grâce à l’accumulation de teinture dans les micro fissures de la pierre. C’est par exemple parfois le cas avec le quartz rose dont la couleur peut être réhaussée artificiellement.

Une observation attentive permet de détecter les traits grossiers caractéristiques de la malachite synthétique.
Sur ces perles en quartz rose on aperçoit des zones rose vif. Il s’agit de la teinture accumulée dans les microfissures de la pierre.

Recherchez les indices minéralogiques :

Ce conseil est applicable pour éviter les pierres synthétiques qui sont souvent très uniformes. Recherchez donc les irrégularités, les clivages, les inclusions, micro-fissures, … Vous ne trouverez actuellement pas ces irrégularités dans les pièces synthétiques telles que la goldstone ou la fausse malachite.

Malachite naturelle présentant des aspérités et des fissures
Pierre de soleil naturelle (héliolite), présentant des irrégularités et des clivages contrairement à la goldstone synthétique.

Le prix : un indice

Avant toute chose il faut indiquer que si le prix est un indice, il ne pourra jamais se suffire à lui-même pour déterminer l’authenticité d’une pierre. Le cours des minéraux fluctue régulièrement en fonction de la disponibilité sur le marché de ceux-ci et de l’intensité de la demande. La découverte d’un gisement important peut faire varier les prix. Une mode lancée sur les réseaux sociaux comme très récemment avec la moldavite sur TikTok peut augmenter brutalement la demande et faire flamber les prix (surtout que la moldavite est plutôt rare).

Ceci dit, il y a des éléments qui ne trompent pas. Par exemple, un bijou entièrement composé de larimar, de turquoise ou de moldavite ne peut pas coûter 5 euros car ce sont des pierres rares à l’état naturel et donc onéreuses. Un prix au rabais doit donc susciter la méfiance.

Regardez les autres produits du vendeur

Observez les autres produits proposés par le vendeur et appuyez-vous sur vos acquis… Vous y voyez de l’agate teintée, de la malachite synthétique, de la goldstone et cela n’est pas signalé comme tel ? Fuyez même si ce ne sont pas ces pièces qui vous intéressent. Vous avez à faire soit à un vendeur qui ne sait pas ce qu’il vous vend (et donc ne pourra rien vous garantir au sujet de ses produits) soit à un escroc. Si vous ne pouvez pas avoir confiance pour les pièces que vous pouvez identifier par vous-même, qu’en est-il pour les pierres que vous savez moins reconnaître ?

Sur internet, il y a des sites très en vogue qui sont pourtant particulièrement à risque. Il s’agit en général de commerces spécialisés dans l’importation de produits chinois ou en dropshipping. Certains produits phares se retrouvent sur de très nombreux sites et permettent de détecter facilement le sérieux du site en ce qui concerne la fiabilité des pierres proposées. Malheureusement cette observation n’est possible que pour les bijoux et non les pierres nues.

Quelques bijoux fabriqués à très grande échelles sont donc extrêmement courants. Tous ces produits comprennent des pierres traitées ou totalement artificielles. Les 4 pendentifs sont disponibles avec une multitude de « pierres » différentes, parfois naturelle, parfois synthétiques, d’autres fois mal identifiées.

Méfiez-vous des couleurs vives et arc-en-ciel

Si le règne minéral propose un large éventail de couleurs et peut parfois nous surprendre, il y en a certaines qui devraient susciter un minimum d’interrogation. Les couleurs très tape-à-l’œil, celles à la limite du fluorescent, les effets holographiques ou arc-en-ciel sur des pierres que vous ne connaissez pas devraient vous pousser à rechercher plus de renseignements. Attention toutefois à faire la part des choses. Certaines pierres comme la chalcopyrite ou la labradorite peuvent présenter des couleurs impressionnantes et sont pourtant bien naturelles. Avant de crier à la fausse pierre, prenez toujours soin de vous renseigner.

Le vocabulaire employé

Parfois les traitements appliqués à la pierre ou sa nature sont annoncés à demi-mot et enveloppés dans un discours commercial suffisamment bien étudié pour entretenir le flou. Certains vendeurs n’hésitent pas à employer le terme « pierre naturelle » pour des pièces artificiellement teintées au motif que le matériaux de base était une pierre naturelle. Le traitement appliqué exclu pourtant l’utilisation du terme « pierre naturelle » puisque, de fait, elle ne l’est plus. On observe le même jeu de langage avec les pierres reconstituées à partir de véritable poudre minérale (mais pas que). Retenez donc le nom des principaux traitements et ce qu’ils impliquent pour pouvoir lire entre les lignes.

Dernier conseil important

Malgré la difficulté que l’on peut rencontrer à se procurer des pierres naturelles, il faut savoir raison garder. Tout d’abord, ces éléments ne sauraient se substituer à des test plus poussés pour déterminer avec plus de certitudes la nature d’une pierre. Gardons également en tête que certaines imitations sont si bien réalisées qu’elles passent inaperçues et que certains traitements sont pratiquement indétectables à l’œil. Enfin, il est difficile de faire une liste exhaustive des traitements et contrefaçons tant l’éventail est large et les techniques en perpétuelle évolution. Il y a de nombreuses autres « astuces » qui circulent sur internet et les réseaux sociaux comme le test du dissolvant, la température de la pierre, son poids ou même le test de la morsure. J’ai choisi de ne pas les exposer dans cet article car ces méthodes me semblent peu fiables. En effet, certaines pierres teintées ne réagissent pas au dissolvant et celui-ci peut dégrader des pierres bien naturelles. La température d’une pierre peut varier selon l’environnement. Estimer la sensation de poids peut-être pertinent pour un nombre très restreint de pierres (par exemple pour distinguer le jais d’une autre pierre noire). Mais ceci peut aussi induire en erreur. Par exemple ambre et plastique procurent la même sensation de légèreté. Le fait de mordre les pierres, en plus du risque d’abîmer vos dents, n’est pas fiable non plus. Il permet éventuellement de détecter une imitation en plastique de mauvaise qualité, mais la sensation dans la main est souvent suffisante pour s’en apercevoir. Ce test ne permettra ni de détecter les traitements, ni de repérer les imitation en verre ou autres matériaux plus durs que le plastique.

Pour terminer cet article dédié aux fausses pierres et minéraux traités, rappelons tout de même qu’il existe de nombreux vendeurs faisant preuve de beaucoup de conscience professionnelle. Pour éviter les arnaques, privilégiez les boutiques indépendantes dont la pierre est la spécialité plutôt que la grande distribution qui ne fait que profiter d’une mode par intérêt financier. Le bouche-à-oreille constitue la source la plus fiable, à condition qu’il s’agisse de recommandations authentiques et non d’autopromotion déguisée. Quoi qu’il en soit, être autonome en ce qui concerne l’identification des traitements et contrefaçons vous offrira toujours la plus grande liberté.

Je vous souhaite une belle découverte du monde minéral !

Publié dans Les pierres | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Lithothérapie : 5 bonnes pratiques

Avec l’émergence de la lithothérapie cette dernière décennie, on a aussi vu naître de nombreuses façons de la pratiquer. S’il s’agit d’une discipline souple qui ne souffre pas de carcans rigides, il y a néanmoins quelques bonnes pratiques qui favorisent la réussite des démarches de développement personnel entreprises à l’aide de la lithothérapie.

Limiter le nombre de pierres utilisées simultanément

Etant donné le large panel de possibilités en lithothérapie, il est normal d’être tenté de tout vouloir résoudre à l’aide des pierres, et ce, le plus rapidement possible. La mode des bijoux de lithothérapie, et notamment des bracelets comportant une multitude de pierres différentes a probablement renforcé l’idée selon laquelle on peut tout résoudre en portant un bracelet. En tant que professionnelle de ce secteur, je reçois très régulièrement de longues listes de problèmes face auxquels on me demande de proposer un bijou pour tout résoudre. Avant tout choix de pierre(s) pour faire un travail en lithothérapie, il convient de faire un bilan psycho-émotionnel et énergétique pour déterminer les besoins réels et quelles sont les difficultés éventuellement liées les unes aux autres. Ainsi, le manque de confiance en soi et la difficulté à prendre la parole en public sont souvent pris comme des blocages distincts alors qu’ils ont des chances d’être liés l’un à l’autre. Dans ce cas de figure, en travaillant à la racine du problème avec une seule pierre adaptée, on lève ce qui nous apparaissait comme deux difficultés. En effectuant une analyse précise préalable on peut ainsi mieux cibler le choix des pierres, mais aussi décomposer le travail en étapes et définir pour chacune les pierres les plus indiquées.

Concrètement : De manière générale, on prendra soin de limiter à 2 ou 3 le nombre de pierres utilisées simultanément pour un même travail. Cette limite permet d’éviter la confusion énergétique qui découlerait d’émissions trop disparates, à fortiori lorsque les pierres choisies présentent des influences énergétiques incompatibles car à l’opposé l’une de l’autre.

Entretenir énergétiquement ses pierres

Les gestes d’hygiène énergétique sont parmi les préoccupations les plus courantes des adeptes de la lithothérapie et l’un des sujets de base. Et s’il est aussi important, c’est parce qu’une purification régulières des pierres permet de bénéficier de leur influence énergétique originelle. Ceci en se préservant des sensations désagréables pouvant être provoquées par des énergies lourdes accumulées au sein d’une pierre chargée.

Concrètement : Pour en savoir plus sur la purification et le rechargement ainsi que différentes techniques je vous invite à consulter l’article dédié. Si vous ne savez pas si vos pierres se rechargent à la lumière solaire ou à la lumière lunaire, rendez-vous sur l’article consacré à ce sujet.

Tenir un journal

Le journal est un outil très utile dans le cadre d’un travail de développement personnel. Il permet non seulement de garder une trace de ses expériences et de son état d’esprit à ce moment là, mais aussi de mettre ses idées au clair lorsqu’elles paraissent confuses. En effet, exprimer et formaliser ce que l’on a dans la tête aide à en prendre conscience et à réaliser la portée de ses pensées sur sa vie.

Concrètement : Choisissez un carnet pratique que vous pourrez emporter facilement. Si vous craignez de ne pas pouvoir faire respecter votre intimité, cachez-le ou emportez-le avec vous. Notez-y vos différentes expériences (avec ou sans l’usage de pierres), votre état d’esprit avant et après vos séances d’auto-soin, les pierres utilisées,… ne cherchez pas à bien écrire ou faire de jolies phrases. Adoptez le style qui vous convient, il s’agit avant tout d’un outil utilitaire.

S’investir personnellement

Je le répète très régulièrement parce que c’est un point déterminant dans la réussite de tout travail sur soi. Sans investissement personnel, aucune pierre ou aucune technique ne peut vous faire évoluer à votre place. Il existe un large panel d’outils (en lithothérapie ou autre) qui vous permettent de soutenir vos efforts, de favoriser un état d’esprit propice au changement envisagé. Les outils en eux-mêmes ne sont pas la solution, ils sont le moyen d’arriver à cette solution.

Concrètement : Prenez le temps de faire un bilan psycho-émotionnel et énergétique avant de vous lancer dans votre démarche de développement personnel. Faites votre choix de pierres en fonction de cela, en conscience. Utilisez vos pierres de façon assidue, en étant à l’écoute de votre ressenti. Gardez une trace écrite de vos expériences pour pouvoir mesurer votre progression et opérer des réajustements si nécessaire.

Se fier à son ressenti

Le ressenti revêt une grande importance en lithothérapie car c’est grâce à lui que vous pouvez pratiquer en toute autonomie. Il vous permet de choisir vos pierres conjointement avec une analyse, plus intellectuelle, de vos besoins. Il vous permet aussi de savoir quand purifier vos pierres et quand cela est efficace. Il vous permet de confirmer vos choix de pierres, mais aussi de détecter la fin d’une étape pour pouvoir passer à la suivante. Il vous aide à faire preuve de souplesse dans votre pratique et à l’adapter sur le moment. Par exemple, c’est le ressenti qui vous aidera à vous affranchir des modèles rigides (mais néanmoins nécessaires aux débutants) en ce qui concerne la purification. Plutôt que de purifier invariablement vos pierres une fois par semaine comme préconisé dans un livre, votre ressenti vous aidera à savoir si votre pierre en a plus ou moins besoin. Il vous permettra aussi d’adapter la fréquence aux diverses situations rencontrées au quotidien.

Concrètement : Apprendre à ressentir l’énergie demande souvent de la patience mais c’est une étape incontournable pour une pratique efficace de la lithothérapie. Pour en savoir plus sur le ressenti en lithothérapie, vous pouvez consulter l’article sur ce sujet.

J’espère que ces quelques pistes vous aideront à mettre en place une pratique de la lithothérapie saine et efficace. Si vous avez besoin de conseils ou si vous souhaitez faire confectionner un bijou pour accompagner votre démarche de développement personnel, je vous invite à me contacter ou à vous rendre sur l’espace boutique. Vous pouvez aussi vous abonner à la newsletter pour recevoir chaque mois des conseils en lithothérapie et en développement personnel.

Publié dans Épanouissement, La lithothérapie en pratique | Tagué , , | Laisser un commentaire